Le Havre - Terre de Normandie

Quand découverte rime avec photographie.



Portail officiel de la ville du Havre  Site de l'office de tourisme du Havre  Site de la Communauté de l'Agglomération Havraise  Site officiel du Comité Régional de Tourisme de Normandie  Site de la Région Haute Normandie  Site officiel du Département de la Seine-Maritime


22 juin 2010

A la France combattante (1/6).

Si vous désirez avoir la réponse à la petite question que j'ai posé hier, il vous faudra attendre un peu, puisque j'ai décidé d'interrompre ma série "bovine" au profit d'un compte rendu d'une sortie à Paris que j'ai faite, en famille, ce week-end.

Au cours de cette escapade parisienne, je suis passé par la Cité des Sciences et de l'Industrie (Porte de La Villette) avant de me rendre, samedi soir, au Zénith pour le concert de Christophe Maé (offert à Pablito pour le récompenser de son année scolaire). Cependant, une fois n'est pas coutume, je vais résumer ce week-end en commençant par la fin puisque, deux jours après les commémorations du 70ème anniversaire de l'appel du 18 juin 1940 (premier discours  prononcé par le général de Gaulle à la radio de Londres, sur les ondes de la BBC, dans lequel il appelle à ne pas cesser le combat contre l'Allemagne nazie et dans lequel il prédit la mondialisation de la guerre), j'ai tenu à me rendre au Mont Valérien et plus précisément devant le Mémorial de la France combattante.

Ce monument rend hommage aux français combattants, résistants et déportés, il se trouve sur la ville de Suresnes (Hauts-de-Seine) sur la pente du Mont Valérien, au pied de la forteresse du même nom (laquelle a pour altitude 162 m). Cette forteresse fut le lieu de plus d'un millier d'exécutions des résistants, comme Honoré d'Estienne d'Orves ou 22 membres du Groupe Manouchian.
Dès le 18 juin 1946, le général de Gaulle rend à cet endroit un hommage aux "massacrés et aux fusillés". Le 11 novembre suivant, sous la direction d'Henri Frenay, alors ministre des prisonniers, déportés et réfugiés du gouvernement provisoire, 15 corps de combattants de la Guerre de 39 - 45, originaires de France et des colonies (Tunisie, Maroc, Tchad, Burkina Faso), dont deux femmes (Berty Albrecht et Renée Levy) sont inhumés dans une crypte provisoire. En 1952, on y place également le corps d'un français résistant d'Indochine tué par les Japonais.
En 1958, le général de Gaulle, revenu au pouvoir, charge l'architecte des bâtiments civils et palais nationaux (Félix Brunau) d'édifier un véritable monument, il sera inauguré le 18 juin 1960.


IMGP0887

Pentax Lens 3x Optical Zoom - 8,8 mm - f/3.6 - 1/668 s - ISO 80 (0,00 EV)
Mesure centrale - Mode Auto

Post-traitement sous Photoshop Elements 6.0
& PhotoFiltre
- Dimanche 20 juin 2010 - 12h02 -

Post mis en ligne par Yannick Burey à 00:50 (Catégorie - Hors Normandie: Paris & sa région )Il y a [8] Point(s) de vue


Commentaires

Laissez moi votre point de vue









 

Copyright © Yannick_76 . Le Havre-Terre de Normandie | 2006 - 2010 | Tous droits réservés