Le Havre - Terre de Normandie

Quand découverte rime avec photographie.



Portail officiel de la ville du Havre  Site de l'office de tourisme du Havre  Site de la Communauté de l'Agglomération Havraise  Site officiel du Comité Régional de Tourisme de Normandie  Site de la Région Haute Normandie  Site officiel du Département de la Seine-Maritime


13 juin 2010

A Costes et Bellonte.

Tout d'abord bravo à Claude (qui a devancé Dan) pour avoir reconnu le monument que je vous ai, en partie, fais découvrir hier, merci également à Alexandre Cauchois qui a apporté une partie de la réponse.

Avant de parler de ce monument qui se situe sur la falaise d'amont de Saint Valery en Caux, je vais apporter quelques informations sur, les aviateurs français, Dieudonné Costes (né le 4 novembre 1892 à Septfonds dans le Tarn-et-Garonne et mort à Paris le 18 mai 1973) et Maurice Bellonte (né le 25 octobre 1896 à Méru dans l'Oise et mort à Paris le 14 janvier 1984).
Né d'un père ingénieur, Bellonte s'intéresse très tôt à la technique. Il fait la première guerre mondiale dans l'aviation mais sans piloter. Il sera mécanicien puis navigateur sur les premières lignes aériennes après la fin de la grande guerre. En 1923, il rencontre le pilote Dieudonné Costes sur la ligne Paris - Londres et ils voleront beaucoup ensemble. Après une tentative manquée de vol sans escale Paris - New York en 1929, ils battent tous deux le record de distance avec un vol Paris - Tsitsikhar (Chine) de 7925 km. Ce vol leur démontre que le Breguet XIX à moteur Hispano-Suiza 650 CV peut traverser l'atlantique Nord dans le sens défavorable (vents contraires). Cette première traversée parfaite d'Est en Ouest (le premier à avoir exécuté le vol dans ce sens fut le baron Gunther Van Haenfeld, qui partit d’Irlande en avril 1928 pour se poser au Labrador, mais totalement égaré) sera finalement réussi les 1er et 2 septembre 1930 après un vol de 37h et 14min.


La traversée:

Lundi 1er septembre 1930, le "Point d'interrogation" s'envole enfin du Bourget après de longs mois de préparations minutieuses.
Costes prévoyait un départ à l'aube, la météo annonçant une situation atmosphérique exceptionnelle au-dessus de l'océan, mais, au-dessus de la région parisienne, la visibilité était très mauvaise. Ils attendirent alors patiemment jusqu'à 10 heures les résultats favorables des derniers sondages faits par leur ami Codos. Le "Point d'interrogation" fut alors sorti de son hangar, amené face au vent sur la ligne de départ et les deux aviateurs montèrent dans l'appareil.

A 10h54 exactement, Costes donne le signal du départ et le "Point d'interrogation" s'élève doucement dans un ciel rasséréné et s'éloigne vers Ecouen (Val d'Oise) qu'il survole à 200 mètres de hauteur. Poursuivant sa route en direction de la côte anglaise, il survolait Les Andelys (Eure) à 11h27 à la hauteur de 1 100 mètres. Les deux hommes ne peuvent communiquer entre eux qu'au moyen de messages écrits sur des morceaux de papier.

A 11h48, Bellonte lançait son premier message radio qui disait: "Sommes passés Saint Valery en Caux à 10h48 G.M.T. par 49'5' Nord et 0'44' Est, altitude 400 mètres, vitesse 210 kilomètres". Ayant quitté le sol français au Crotoy, il survola le canal Saint Georges à 14h45 et atteignit à 16 heures l'océan à une hauteur de 400 à 500 mètres par 52° de latitude nord et 12°20 de longitude ouest.

Entre 19 et 22 heures, l'avion dut, en raison de problèmes météo, se détourner de sa route et faire un crochet vers le nord. Puis de 22 heures à 4h35 du matin, nouveau crochet, cette fois vers le sud ce qui le ramenait sur une ligne plus directe.

A 11h25, soit 24 heures après son départ, la station de Saint Pierre et Miquelon l'entendait. Vers la fin de l'après midi, il était signalé au large de Boston où il abordait une zone d'orages violents. Enfin il atterrissait à Curtiss Field, près de New York, à 00h11. A peine sortis de l'appareil, ils sont portés en triomphe par la foule jusqu'au hangar où les attendent toutes les personnalités françaises alors présentes à New-York (le navigateur Alain Gerbault, le joueur de tennis Jean Borotra...). Tout à coup, Costes et Bellonte remarquent une grande silhouette filiforme qui leur sourit depuis un coin du hangar, c'est Charles Lindbergh, venu les féliciter en personne. A cet instant, ils comprennent qu'ils sont eux aussi entrés dans la légende.


Le Breguet XIX "Point d'interrogation":

Deux hypothèses entourent l'origine de son nom:

- Un point d'interrogation aurait été apposé par les mécaniciens en 1929 alors que l'usine Breguet qui le préparait gardait secrète sa future destination.
- Les nombreuses innovations technologiques rendaient les résultats incertains.

Le Point d'Interrogation (connu sur les terrains sous le surnom de "Le Rouge") fait partie d'une petite série de 5 appareils construits spécialement pour les raids à grandes distances, dérivé du Breguet XIX. Il a été modifié spécialement pour un seul objectif, la traversée de l'Atlantique. Ainsi l'entre plan et l'envergure ont été augmentés par l'ajout d'une "cabane", les mono-mâts ont été remplacés par 2 mats indépendants croisillonnés par des haubans et les postes d'équipage, aménagés spécialement, bénéficient des instruments les plus modernes notamment un horizon artificiel.

Le vendredi 13 juillet 1929, c'est le grand jour. Ils décollent à 5h20 pour la traversée mais la tentative échoue. De mauvaises conditions météo les obligent à faire demi-tour au-dessus des Açores. Cependant, cet échec fut riche en enseignements, la puissance moteur fut alors augmentée de 50 CV, la portant ainsi à 650 CV.

Le 27 septembre à 8 h 20, ils décollent cette fois vers l'est pour battre le record du monde de distance. Le 29, ils se posent en Manchourie après plus de 8000 km sans escale. Le record est battu et cette victoire ne fait que les motiver d'avantage pour la traversée Paris / New-York qu'ils rêvent toujours d'effectuer.


Le monument:

Il faut savoir que le monument actuelle n'est pas l'édifice d'origine (inauguré en 1932) puisque comme d'autres constructions qui servaient de repères le long des côtes, il fut détruit pendant la Seconde Guerre mondiale. Ce n'est qu'en 1984, à l'initiative de Monsieur le ministre des transports et de l'association des amis de Maurice Bellonte, que la reconstruction a été entreprise. Le comité national présidé par Joseph Blond en a assumé la responsabilité. C'est Maurice Bellonte qui en a posé la première pierre en 1980.

Il y a quelque chose qui m'échappe dans l'ordre chronologique annoncé ci-dessus mais je me contente de retranscrire une plaque qui se trouve au sol derrière le monument.

Il faut enfin savoir qu'il fut inauguré le 12 août 1986, cependant se fut sans la présence de Bellonte puisqu'il décéda en 1984, je précise ce détail puisque j'ai pu lire, sur certains sites, qu'il était présent à l'inauguration.

Avant de vous proposer mon cliché, vous pourrez comparer, à l'aide d'une photo d'archive (issue du livre 'Mémoire en images - Saint Valéry en Caux") et d'une photo trouvée sur internet, l'évolution du site.


Edifice_de_1932


Edifice_de_1986


Voici maintenant le cliché que j'ai pu prendre lors de cette sortie entre blogueurs, pour info j'ai choisi ce site afin que nous nous posions (n'y voyez pas là un jeu de mots) pour manger, puisqu'il offre une vue imprenable sur la ville.


_MG_0140

Canon EF 50 mm f/1.8 II - 50 mm - f/5.6 - 1/2000 s - ISO 100 (-0,33 EV)
Mesure pondérée - Mode TV
Post-traitement sous Photoshop Elements 6.0 (Camera Raw 5.3)
+ LucisArt & PhotoFiltre
- Dimanche 14 juin 2009 - 15h22 -

Post mis en ligne par Yannick Burey à 02:55 (Catégorie (Saint Valéry en Caux) )Il y a [6] Point(s) de vue


Commentaires

Laissez moi votre point de vue









 

Copyright © Yannick_76 . Le Havre-Terre de Normandie | 2006 - 2010 | Tous droits réservés