Le Havre - Terre de Normandie

Quand découverte rime avec photographie.



Portail officiel de la ville du Havre  Site de l'office de tourisme du Havre  Site de la Communauté de l'Agglomération Havraise  Site officiel du Comité Régional de Tourisme de Normandie  Site de la Région Haute Normandie  Site officiel du Département de la Seine-Maritime


18 mai 2009

Asterias rubens.

L'étoile de mer est un animal échinoderme (signifie à peau épineuse en grec) qui a habituellement cinq bras à partir d'un centre (symétrie pentaradiale). On dénombre au moins 1 600 espèces réparties en plus de trente familles dans tous les océans.
Les étoiles de mer n'ont pas de squelette mais des pseudopodes (déformations de la membrane plasmique qui permettent à une cellule de se nourrir et se déplacer en rampant sur un support dans une direction déterminée), petits tubes présents également chez les oursins, qui peuvent projeter de l'eau depuis la face ventrale et qui servent pour la locomotion et l'alimentation.
L'espèce la plus connue du public est Asterias rubens ou "étoile de mer commune".
Toutes les étoiles de mer ne sont pas inoffensives, l'Acanthaster pourpre (Acanthaster planci) est un prédateur des coraux de la grande barrière d'Australie aussi appelé "Couronne du Christ".

Elles peuvent mesurer de 5 cm à plus d'1 m. La plus grande, Midgardia xandaras, peut dépasser 1,30 m de diamètre.

L'étoile de mer se nourrit grâce à son orifice buccal, situé sur sa face ventrale. Ses pièces buccales sont d'ailleurs un élément qui sert pour sa classification. La digestion est faite dans deux estomacs séparés, l'estomac cardiaque et l'estomac pylorique. L'estomac cardiaque est comme un sac situé au centre. Il peut être sorti du corps. Quelques espèces utilisent la grande endurance de leur système aquifère pour ouvrir la coquille des mollusques et introduire leur estomac à l'intérieur (digestion externe). Cela leur permet de chasser des proies beaucoup plus grandes qu'elles et même de petits poissons. Les bras sont aussi munis de glandes digestives (caecas pylorique et hépatique). Le canal radial a des ampullae agissant comme des dents. Des spicules (terme générique qui regroupe les sécrétions minérales extracellulaires qui sont présentes dans les tissus de divers groupes d'invertébrés) hérissent la surface dorsale.


_MG_4130

  • Canon EF-S 17-85 mm f/4-5.6 IS USM - Mesure évaluative - 59 mm - f/7.1 - 1/1000 s - ISO 100 (-0,67 EV) Mode TV (post-traitement sous Photoshop Elements 6.0 + LucisArt & PhotoFiltre).

Post mis en ligne par Yannick Burey à 00:39 (Catégorie Faune & animaux domestiques )Il y a [11] Point(s) de vue


Commentaires

Laissez moi votre point de vue









 

Copyright © Yannick_76 . Le Havre-Terre de Normandie | 2006 - 2010 | Tous droits réservés